A l'établi, j'utilise les techniques de la bijouterie traditionnelle.

 

Je travaille avec du fil et de la plaque d'argent 950/1000ème afin de réaliser des pièces fines, légères... 


 

 

 

 

La matière a que j'utilise le plus souvent et la plus agréable pour moi est la cire.

Elle est composée de cire d'abeille et de paraffine, la verte est flexible et dure.

Je peux la scier, tailler, fondre, mouler... Je peux partir d'un moule que j'ai fabriqué (aile de libellule, ginkgo...) ou sculpter directement (bagues...).

Après, cette pièce unique est envoyée dans une fonderie d'art en Ardèche, entreprise familiale qui effectue cette transformation en deux à trois semaines.

La fonderie utilise la technique de la cire à fonte perdue, beaucoup de sculpteurs comme Auguste Rodin ou Antoine Bourdelle s'en servaient.

Aujourd'hui, les cires peuvent être issues aussi bien d'une sculpture faite à la main que d'une impression 3D.

 

Les pièces en cire sont collées sur un arbre sur une tige centrale en cire, c'est le grappage.

Ensuite, cet arbre est noyé dans un revêtement réfractaire qui sera cuit dans un four.

Le revêtement durcit et la cire fond en coulant par la tige et laisse ainsi l'empreinte des pièces.

Pour finir, le métal fondu est versé, remplissant les empreintes.

L'ensemble est refroidi, le revêtement se casse et laisse les pièces en métal accrochées sur l'arbre.

 

Au retour de mes pièces, je les retravaille afin de les monter en bijou.